les arts trompeurs, dernière journée

From Robert-Houdin to Robert Heller. Media in the “Second Sight Illusion”

Katharina Rein (Doctorante, Humboldt University)

La fin du XIXe siècle a vu émerger ce qui allait devenir l’électronique moderne et les médias de masse. 
Mais cette période est aussi considérée comme l’âge d’or de la magie scénique. 

Cette coïncidence n’est pas le fruit du hasard puisque les magiciens ont très rapidement intégré les dernières innovations technologiques à leur performance. 
Parfois, les magiciens ont fait du dispositif technologique le coeur même du spectacle, en faisant ressortir sa dimension extraordinaire ; parfois en occultant au contraire le dispositif pour faire vivre au public une expérience « surnaturelle ». 

Cette présentation est centrée sur l’illusion dite de la « seconde vue » popularisée par Jean Eugène Robert-Houdin qui illustre l’utilisation de la technologie dans la magie.

Adapting Houdini’s Straitjacket Escape to New Media in Toronto 100 years later

Joe Culpepper (Magicien, chercheur à McGill, et consultant en magie)

Le 18 octobre 1916 à Toronto, au Canada, Harry Houdini s’est évadé d’une camisole de force suspendue plus de cent mètres au-dessus des têtes des spectateurs qui envahissaient la rue. 
Cette présentation analyse le contexte socio-historique du spectacle public par rapport à une adaptation numérique créée pour une web-série en 2016. 

Lucas Wilson, un jeune illusionniste canadien, a fait une version de l’évasion inspirée par Houdini dans un studio de cinéma de Toronto. 
Joe a participé comme consultant de magie pour ce projet, de la recherche historique préliminaire jusqu’au tournage. 

En réfléchissant sur ces expériences d’adaptation, il ’explore la façon dont les médias, l’aspect économique, et la réception ont changé au cours du dernier siècle. 
Comment l’évasion d’une camisole de force a-telle généré du capital au cours de l’âge d’or de la magie ? 
Comment une adaptation numérique capture-t-elle notre attention aujourd’hui ? 
Sommes-nous libérés, emprisonnés ou les deux en regardant ce spectacle d’Houdini ?